Autres publications

“History of Psychiatry”, n. 29, 2018 : Historicizing transcultural psychiatry

Historicizing transcultural psychiatry: people, epistemic objects,
networks, and practices

Emmanuel Delille and Ivan Crozie

Race, alcohol and general paralysis: Emil Kraepelin’s comparative psychiatry and his trips to Java (1904) and North America (1925)
Eric J Engstrom and Ivan Crozier

Eric Wittkower and the foundation of Montréal’s Transcultural Psychiatry Research Unit after World War II
Emmanuel Delille

Culture and psychism: the ethnopsychoanalysis of Georges Devereux
Alessandra Cerea

The politics and practice of Thomas Adeoye Lambo: towards a post-colonial history of transcultural psychiatry
Matthew M Heaton

Evaluating the Aboriginal child’s mind: assimilation and cross-cultural psychology in Australia
David Robertson

Henri Collomb and the emergence of a psychiatry open to otherness through interdisciplinary dialogue in post-independence Dakar
René Collignon

Classic Text No. 115
`Mental diseases peculiar to certain cultures: a survey of comparative psychiatry’, by Pow Meng Yap (1951); with an Introduction by Ivan Crozier

Classic Text No. 115
`Mental diseases peculiar to certain cultures: a survey of comparative psychiatry’, by Pow Meng Yap (1951); with an Introduction by Ivan Crozier

K. Lazali, Le trauma colonial. Une enquête sur les effets psychiques et politiques contemporains de l’oppression coloniale en Algérie, Paris, La Découverte, 2018

https://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Le_trauma_colonial-9782348041235.html

Psychanalyste, Karima Lazali a mené une singulière enquête sur ce que la colonisation française a fait à la société algérienne, enquête dont elle restitue les résultats dans ce livre étonnant. Car elle a constaté chez ses patient∙e∙s des troubles dont rend mal compte la théorie psychanalytique. Et que seuls les effets profonds du « trauma colonial » permettent de comprendre : plus d’un demi-siècle après l’indépendance, les subjectivités continuent à se débattre dans des blancs de mémoire et de parole, en Algérie comme en France.
Elle montre ce que ces « blancs » doivent à l’extrême violence de la colonisation : exterminations de masse dont la mémoire enfouie n’a jamais disparu, falsifications des généalogies à la fin du XIXe siècle, sentiment massif que les individus sont réduits à des corps sans nom… La « colonialité » fut une machine à produire des effacements mémoriels allant jusqu’à falsifier le sens de l’histoire. Et en cherchant à détruire l’univers symbolique de l’« indigène », elle a notamment mis à mal la fonction paternelle : « Leurs colonisateurs ont changé les Algériens en fils de personne » (Mohammed Dib). Mais cet impossible à refouler ressurgit inlassablement. Et c’est l’une des clés, explique l’auteure, de la permanence du « fratricide » dans l’espace politique algérien : les fils frappés d’illégitimité mènent entre frères une guerre terrible, comme l’illustrent le conflit tragique FLN/MNA lors de la guerre d’indépendance ou la guerre intérieure des années 1990, qui fut aussi une terreur d’État.
Une démonstration impressionnante, où l’analyse clinique est constamment étayée par les travaux d’historiens, par les études d’acteurs engagés (comme Frantz Fanon) et, surtout, par une relecture novatrice des œuvres d’écrivains algériens de langue française (Kateb Yacine, Mohammed Dib, Nabile Farès, Mouloud Mammeri…).