Autres évènements

19 juin 2019 : Ethnopsychiatrie, médecine coloniale, psychiatrie transculturelle : quelles histoires ?

Conférence de Emmanuel Delille et Edouard Leaune. Emmanuel Delille, historien, et Édouard Leaune, médecin psychiatre et doctorant en philosophie invitent à une discussion interdisciplinaire dans le cadre des humanités médicales promu à l’École normale supérieure.
 
Infos pratiques
18 Juin 2019
19:00/21:00
ENS, salle Dussane, rez-de-chaussée, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
 
Organisateur et contact
Astrid Chevance pour GaliENS – clubgaliens@ens.fr
 

25 janvier 2019 : Race et psychiatrie
Histoire des sociétés post-esclavagistes Brésil, Etats-Unis, Madagascar, Algérie, 1900-1960

Journée d’étude organisée au CESSMA par Aurélia Michel

Intervenants : Élodie Grossi, Raphaël Gallien, Ynaê dos Santos, Aurélia Michel, Matthieu Renault
Discutants : Paul Schor, Didier Nativel, Rafael Gonçalves

Présentation
Dans la construction d’une science de l’homme qui se développe depuis le milieu du 18e siècle, le discours médical n’a cessé de progresser, donnant à la psychiatrie et la race scientifique un rôle important dans l’élaboration des savoirs anthropologiques et sociologiques. À partir de la fin du 19e siècle, la science médicale opère une forte articulation entre race et pathologie mentale, en particulier depuis les sociétés post-esclavagistes et post-coloniales, dans lesquelles la notion de race occupe alors un espace politique, social et intellectuel déterminant. Cette articulation sert tout autant un projet de contrôle social et de domination des populations racisées qu’elle permet de mettre à l’épreuve de l’expérience l’hypothèse physiologiste de la folie et de la race. Lors de cette séquence qui s’achève après la seconde guerre mondiale, à partir de laquelle la psychiatrie comme les sciences humaines se placent dans un rapport inversé avec la race et la folie, on peut identifier un moment charnière au tournant des années 1930, au cours duquel la « découverte de l’inconscient » par les scientifiques permet de « déphysiologiser » la race pour mettre en évidence les constructions culturelles, anthropologiques et sociologiques des comportements humains, et ainsi interroger l’ordre social. Au cours de cette journée, nous souhaitons discuter cette chronologie et les enjeux de l’interaction entre savoirs sur la race et sur la folie. Pour cela, nous confronterons différents terrains, tous traversés par la question raciale qui fait suite à l’abolition de l’esclavage et l’égalité théorique des droits dans ces États-nations : dans la France coloniale à Madagascar et en Algérie, aux États-Unis et au Brésil, autant d’endroits où la race pose en elle-même la question du politique et l’enjeu de l’émancipation. Chaque fois, nous observerons les acteurs de cette révolution intellectuelle, la plupart médecins et praticiens mais aussi patients, militants, sociologues, dans leurs pratiques et selon leur propre situation raciale et professionnelle dans ces différentes sociétés.

Salle M019
Université Paris – Diderot , 8 rue Albert Einstein
Bât. Olympe de Gouges 75013 Paris
Métro : L14 et RER C Bibliothèque F. Mitterrand

http://www.cessma.univ-paris-diderot.fr/spip.php?article1163